MARIE FRANCOISE - Ep 05 & 06

09 Dec. 21

#5  Un devers  

2014. Ça c’est un devers. Tu te sens aplatie. On te dit que tu pourras jamais retravailler, qu’à la limite, peut-être, tu pourras trouver un petit travail. Tu peux ni lire, ni regarder la TV, t'es sous morphine. Tu sais pas si tu vas revenir à toi. T'es prêt des quatre planches. T'y penses même pas. Ça se passe juste avant les vacances d’été. Juste après mes 50 ans. Bing Boum. Le dernier jour de mon contrat. Le vendredi. Je suis à bout de souffle. Tu manges pas, on te presse, tu vas pas aux toilettes, t’as pas le temps. Ça a fini d'accentuer la chose. En fin de matinée, tu ressens une douleur dans le bas du ventre. Tu te fais remplacer vingt minutes. Tu retournes finir ton travail. Tu finis ton contrat. Tu rentres chez toi, tu te couches. Tu ne te réveilles pas. J'aurais dû partir en Corse le mercredi matin. Trois semaines à l’hôpital. Je décide de sortir. Je marche à peine. Mon mari me fait sortir en douce. Les premières semaines, j'ai aucune force. C'est là que tu te rends compte que quelque chose a foutu le camp. T'es plus du tout la même. Je cherche mes mots, j’y arrive plus. Il faut se reconstruire. Je rebondis. Je me refais un petit contrat, trois/quatre jours pour voir ce que ça donne. Dans l'entreprise, ils me connaissent. Je leur dis rien. Je vois que c'est dur. Mais je suis contente parce que j'ai fait mes trois jours.  

#6  D’autres font le tour du monde  

J’ai 55 ans. La baisse de travail m'amène à rebondir, rebondir, encore et toujours rebondir. J'aimais bien aller en agence et faire un petit coucou à François, mon conseiller, y'avait une bonne complicité entre lui et moi. La Brasserie Tête Haute cherche du monde, il me dit. Justement, quelques semaines avant, j'avais découpé et mis de côté un article qui parlait d’eux sur le journal. J’y suis allée, j’ai déposé mon CV, on a fait un petit entretien. Ils m'ont dit qu'ils étaient très intéressés. Dès le lendemain ou le surlendemain, je suis venue faire mes deux jours d'essai. Je ne voulais pas vraiment reprendre un travail aussi technique... Je cherchais quelque chose d’un peu plus posé, un peu moins physique. Mais ça s'est passé comme un ruisseau. Paisiblement. La bière. 


Jamais j'aurais pensé faire ça. Déjà je suis pas trop alcool. Ça quand même, c’était le gros challenge. J'aimais pas l'odeur ! L'IPA, oh ! J'en bois maintenant. J'aime la découverte. J'aime le partage. J'aime aider les autres. Si l'autre y arrive pas, aller à son secours, c'est moi. Je suis une aventurière. J'aime

apprendre. J'ai eu envie d'aller découvrir plein de métiers. Je m’suis dit, j’vais faire mon petit parcours. D'autres font le tour du monde. 


Un grand merci à Hector de la Vallée pour le travail créatif sur le portrait.